MERCI VÉRONIQUE

      Le 06-04-18,
Les Restos ont l’immense tristesse d’apprendre la disparition de Véronique Colucci.

Les Restos ont l’immense tristesse d’apprendre la disparition de Véronique Colucci.

C’est une très triste nouvelle pour sa famille, ses enfants et petits-enfants, pour ses proches, qu’ils soient assurés des plus sincères condoléances et l’entière affection de l’association.

C’est aussi un moment douloureux pour les Restos. Pour les bénévoles, pour les personnes accueillies, pour les artistes et techniciens des Enfoirés, pour les salariés, pour les donateurs, les partenaires et pour toutes celles et tous ceux qui l’admiraient.

Véronique était l’une des 71 000 bénévoles des Restos. Mais on voudra bien nous pardonner de croire que Véronique était un peu plus qu’une bénévole. Par son histoire personnelle avec Michel Colucci évidemment. Mais aussi, à la suite de sa disparition, par son rôle essentiel dans la vie des Restos qu’elle a portés et fait grandir pendant plus de 30 ans.

Elle s’est investie à des périodes clefs, aux fonctions de Présidente, alors qu’il y avait plus de coups à prendre que d’honneurs à recevoir. Elle a aussi joué un rôle essentiel tout au long de ces dizaines d’années dans les relations avec les Enfoirés. C’est grâce à elle, avec Jean-Jacques Goldman, que ces concerts ont été lancés, une aventure unique au monde, renouvelée d’année en année, partagée par des artistes totalement désintéressés, pour la cause des plus démunis.

Véronique, par sa personnalité chaleureuse et dynamique, prenait plaisir à rencontrer sur le terrain dans les centres partout en France les équipes bénévoles et les personnes accueillies. Avec les vignerons d’Ouveillan, les étudiants Enfoiros de Toulouse, les spectateurs des différentes éditions des Enfoirés, les écrivains de 13 à table, les cuisiniers des dîners de chefs, les ministres qui ont défendu la loi Coluche et fait ouvrir les « frigos de l’Europe », avec les fondateurs, dont Francis Bour, au lancement des Restos, avec les gens de la rue au hasard des maraudes, à la Péniche, avec tant d’autres…

Le meilleur hommage que les Restos puissent lui rendre, c’est de s’engager à continuer à combattre la pauvreté et à rester fidèles au message et à l’esprit de Coluche.

Source: site national
 
1234 
archives Voir les archives